fbpx
Accueil » Le Blog » Interview | Zoom » Le Noël provençal | Tradition

Le Noël provençal | Tradition

par Provence Chérie

Les traditions d’un Noël provençal sont nombreuses et variées, plus ou moins suivies et connues.
Je vais vous en donner quelques unes, dont certaines que je ne connaissais pas avant d’écrire cet article.
Elles sont symboliques d’un Noël festif traditionnel.

La tradition de la Sainte Barbe

Le Noël en Provence débute avec le blé, symbole de prospérité.
Le 4 décembre, la tradition veut qu’il faut faire germer des graines de blé dans trois coupelles différentes, couvertes de coton humide.
Si vous voyez votre blé pousser bien droit et bien vert, alors votre année sera prospère !
Ces trois coupelles seront ensuite soit disposées dans la crèche soit elles trôneront sur la table lors du Gros souper.

Que serait un Noël provençal sans les Santons ?

Scène de santons dans une crèche provençale
Scène d’un village provençal

Dès mi-novembre, de nombreux marchés éphémères se montent.
De petites cabanes en bois créent un village dans les villes, dans lesquelles sont vendus des santons.

Le Santoun, qui veut dire petit saint, est en argile et artisanal. Le vrai santon provençal est peint, habillé et a sa propre personnalité, celle de son créateur mais aussi de sa future place dans la crèche.
Une sorte de rang social, car les santons représentent les habitants du village provençal, qui se rendent à la crèche : le berger, mais aussi les joueurs de pétanque et la vendeuse de poissons…

Cette tradition est très présente en Provence et particulièrement dans les Bouches du Rhône.
Chez moi donc !

Sainte Luce, bougies et lampions à la fenêtre

La Sainte Luce et ses lampions

Le 13 décembre, Le jour croît du saut d’une puce.
C’est bientôt l’hiver, nous allons cueillir (acheter) le gui et le houx. Et nous décorons la maison avec.
Ce sont des ornements sacrés depuis toujours et pas seulement pour les chrétiens.
Mais surtout pour conjurer le mauvais sort, nous allumons des bougies ou des lampions à nos fenêtres.

Le Gros souper

Les marchés de Noël ne sont pas à proprement parler provençaux, mais nous y trouvons tout ce qu’il faut pour préparer le Gros souper qui ouvrira la nuit de Noël.

Le Gros souper commence par sept plats maigres comme par exemple l’anchoïade, la bouillabaisse de morue ou le tian de morue aux épinards, les cardes à la provençale à la sauce aux truffes… Les plats maigres sont composés exclusivement de soupes, de légumes et de poissons.

Puis on part(ait) à la messe. En Provence, la messe de minuit était précédée du Pastrage.
Au rythme des galoubets et tambourins, les bergers, les paysans, les habitants des villages se rendaient à la messe, en cortège, en chantant en lengo nostro. Aujourd’hui, ils sont remplacés par des groupes folkloriques.
Et la tradition veut que des arlésiennes en costumes traditionnels clôturent le cortège.

Enfin, de retour de la messe, le Gros souper peut reprendre, avec les mets gras (gibiers, rôtis…).
Mais le plus souvent il reprend directement avec les treize desserts et un vin cuit.

Pourquoi 13 ?

Pour les 12 apôtres et Jésus. Traditionnellement, ces 13 desserts sont dégustés au retour de la messe.
Et ils restent sur la table pendant les 3 jours suivants, jusqu’au 27 décembre.

13 desserts dont certains typiquement provençaux :

Les 13 desserts d'un Noël provençal
  • La pompe à huile ou gibassié : c’est une fougasse sucrée, une galette ronde à l’huile d’olive.
  • Les oreillettes, appelées aussi Merveilles à Bordeaux, sont des beignets, à pâte fine et croustillante. Elles peuvent être parfumées à la fleur d’oranger.
    Quelques recettes pour vous faire saliver !
  • Les fruits confits d’Apt ou de Carpentras.
  • Les nougats, noir et blanc : je ne saurais mieux vous conseiller d’opter pour ceux du Roy René, divinement bons !
    Et bien sûr les calissons d’Aix-en-Provence.
  • Les figues sèches de Provence font partie, elles, des 4 mendiants.
  • Les navettes de Marseille s’invitent parfois à table. Elles sont à la fleur d’oranger. C’est une pâtisserie provençale, en forme de barque, préparée normalement pour la Chandeleur.
    Elles remplacent les crêpes.
  • Les seuls fruits autorisés hors terroir sont les dattes, mandarines et oranges.

Aujourd’hui, certaines de ces traditions tendent à disparaître mais quelques villages essaient de perpétuer le Pastrage par exemple.

J’aurais pu aussi vous parler de la cérémonie de l’allumage de la bûche (Lou cacho fio), des trois nappes blanches qui couvrent la table… Peut-être dans un prochain article.

Car figurez-vous qu’à ce stade, le Noël en Provence est loin d’être fini, il va durer encore un mois !
Officiellement, il finit avec la Chandeleur, le 2 février.

Et vous quelles sont vos traditions de Noël régionales ?

Santon lavande, Noël en Provence

Vous pourriez aimer également ces articles

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter En savoir davantage