Accueil » Le Blog » Les coulisses » Episode 2 : Rencontres en terre inconnue

Episode 2 : Rencontres en terre inconnue

par Provence Chérie

L’ascension de l’Everest entrepreneurial

My God! Par où commencer ?

Virginie


Au printemps dernier, la petite graine commence à germer. Tout doucement.

Je m’abonne à des dizaines de blogs, je lis des centaines d’articles. Au bord de l’infobésité, je découvre sur Facebook, l’école dédiée aux entrepreneurs LiveMentor.
Je crois que je me suis tapée toutes leurs formations gratuites (créer votre site internet avec WordPress, L’art du Copywriting, Décollage freelance…).
J’aime le ton de leurs vidéos, leur pédagogie “à la cool” mais pro et leur concept : une communauté bienveillante, des rendez-vous programmés avec un coach – oops, pardon – un mentor !
GO je m’inscris mais à quelle formation ? Quasiment toutes m’intéressent…

De quoi aurai-je besoin dans un premier temps ? D’un site internet !

Un peu geek, l’idée de créer avec mes petites mains, un site de A à Z m’excite.
Souvenez-vous dans l’épisode 1, je m’ennuyais à cette époque en agence, j’avais besoin d’un stimulant intellectuel.
Acquérir les bases de WordPress en était un !

Je vous passe la galère de financement car je n’ai pas pu utiliser mes droits CPF et l’Opca de l’agence pour laquelle je travaillais n’avait pas le bon code…
Bref, tant pis, je casse la tirelire !

Me voilà partie pour 3 mois de coaching et de formation intensive sur ce CMS, en plus de mon job à temps plein.
Vive les week-ends !
Je crée mon premier site www.ninegraph.photo, un portefolio photographique. Jusque là, seul mon book de directrice artistique est en ligne (sous Wix) et plus ou moins à l’abandon (il l’est d’ailleurs toujours !).

Rencontres en terre inconnue - La perspective de Provence Chérie ©Shutterstock

Comme tout grimpeur, je m’équipe !

Rentrée 2018, grâce à Alexandre Dana, le fondateur de LiveMentor, je découvre sur LinkedIn, 23 heures 59 Editions et ses carnets. Leur carnet pour entreprendre me suit partout et m’aide au quotidien à « Sauter à pieds joints dans le concret ! ». Il se remplit petit à petit. Il clarifie mon idée. J’y mets des mots. Je construis mes personas (je vous imagine, oui, vous derrière l’écran 😉)… et sans m’en rendre compte, je commence mon business plan.

Après la boussole et la carte, je me décide à acheter piolet et crampons

Je m’inscris à une autre formation sur le copywriting afin de me perfectionner en écriture web et l’adapter aux différents canaux de diffusion (blog, newsletter, réseaux sociaux…).


Et puis j’avais besoin à nouveau de la bienveillance de LiveMentor et de sa communauté. Ils sont des appuis essentiels tant au niveau pédagogique que psychologique.
En décembre, je monte à la capitale (avé l’accent) pour suivre leur Live#3 dédié à “La passion d’entreprendre”.
Et il en faut, croyez-moi ! Je rencontre des entrepreneurs géniaux, généreux qui partagent leur expérience. J’en profite pour remercier chaleureusement Sébastien de Ookies qui a répondu à mes questions en terme de logistique. Ookies, en deux mots, vend des expériences culinaires sucrées à partager en famille sous forme de box. 🧁🍪🎂😋
De retour à Marseille, j’ai encore une question sur les plateformes d’hébergement (Shopify, WooCommerce, PrestaShop, Boxraiser…). Il y répond illico, un long mail explicatif sur ses tâtonnements, ses choix et ses erreurs.
MERCiiiiiii Sébastien !

Rencontres en terre inconnue - L'équipement de Provence Chérie ©Shutterstock

Comment attaquer la face nord lorsqu’on a le vertige (et un peu froid) ?

Je ne reviendrai pas sur la rupture co fin novembre dernier (épisode 1).

Décembre/Janvier commence le parcours du combattant. Quel statut choisir ?
L’Urssaf me renvoie à la CCI. Pôle Emploi spécialisé dans la recherche, ben d’un emploi, est peu qualifié dans la création d’entreprise. Il ne m’est pas d’une grande aide.
J’entre dans un monde inconnu, j’ai des questions plein la tête et personne au guichet.

Enfin, je découvre les pépinières d’entreprises (une bonne solution dès que j’aurai besoin d’un local) et les couveuses.
Je commence à pitcher !
Et là c’est le déclic, je rencontre Claire de PCE (Provence Création d’Entreprises).

A l’écoute et bienveillante, elle m’explique en quoi consiste le statut de “couvé”.
Il s’agit d’un accompagnement personnalisé. On apprend à entreprendre (pendant un an jusqu’à trois).
On teste son projet grandeur nature avant de se lancer seul. Des conseillers sont là pour vous aider. Des ateliers collectifs sont organisés, différents sujets sont abordés : marketing, vente… Et un service comptable suit les flux et réalise les bilans…
Après avoir déposé un dossier et être passé devant une commission, le 1er février, j’ai intégré la couveuse et j’en suis ravie ! J’ai rencontré lors du séminaire d’intégration d’autres « couvés » d’Aix-en-Provence et de Marseille.
Un autre réseau avec lequel échanger, partager et collaborer.

Rencontres en terre inconnue - Provence Chérie ©Shutterstock

✔️ statut ok
✔️ site internet et réseaux sociaux en ligne


🔜 A l’attaque du sourcing !
Rencontrer les marques, les partenaires… vos futurs coups de cœur !

Vous pourriez aimer également ces articles

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter En savoir davantage